Sortie vélo : La Schlucht par le Valtin

Bien que vosgien et ayant pratiqué le VTT plutôt assidument dans ma jeunesse, je n’avais jamais fait une ascension du col de la Schlucht à vélo. Originaire de la haute vallée de Moselle dans les Vosges du sud, avec mon pote Alex on a gravi le Ballon d’Alsace (1247 m) des dizaines de fois et je ne compte plus le nombre de montées du Ballon de Servance (1216 m) que j’ai pu prendre. Mais les Hautes-Vosges à VTT, très rarement et en vélo de route, jamais.

Partir avant les grosses chaleurs

C’est donc ce dimanche matin que j’ai décidé de m’essayer à la Schlucht, en partant relativement tôt le matin car la météo annonçait des températures au dessus de 30°C (effectivement la journée s’est révélée intenable). La montée vers la route des crêtes peut se faire de multiples façons, partant de Corcieux j’avais le choix entre me diriger vers le sud pour suivre Xonrupt-Longemer et commencer la grimpette pour rejoindre le Collet (1110 m) par la Roche Diable (1000 m). Une autre option est de partir vers le nord pour rejoindre Anould et ensuite se diriger vers Plainfaing avant de débuter l’ascension vers le Valtin et le Collet.

Usine électrique, le Rudlin
Usine électrique, le Rudlin

Parti un peu avant 8h, j’ai naturellement opté pour la seconde route, plus agréable et beaucoup plus calme par rapport à la circulation qui devient vite un enfer sur les gros cols vosgiens. Dans la fraicheur du début de matinée, le col du Plafond (620 m) a fait office de première mise en jambe de cette boucle d’un peu moins de 60 km. Ensuite, descente en direction d’Anould par la petite rue Anatole France, ceci afin d’éviter la bruyante D8. Pour rejoindre Plainfaing, j’ai suivi les quelques kilomètres de la voie verte de la Haute Meurthe qui s’arrête à Fraize, pour continuer sur la D415 pas encore trop active à cette heure-là de la journée. C’est au feux au centre du village qu’il faut bifurquer à droite sur la D23 en direction de Habeaurupt, ce qui marque également le début des 19 km d’ascension.

La chapelle en face de l'étang des Dames
La chapelle en face de l’étang des Dames

Une route régulière mais que l’on sent passer

La première partie est plutôt aisée, une douzaine de kilomètres à 2 ou 3% jusqu’au Valtin. Entre-temps petite pause alimentation (et photos) à l’étang des Dames devant la petite chapelle. Depuis le Valtin c’est là que les choses un peu plus sérieuses commencent. La montée est régulière sur les derniers 6 km jusqu’au Collet, presque une longue ligne droite à environ 6%, dont 2 km à plus de 6,5%.

Le Valtin marque le début des hostilités
Le Valtin marque le début des hostilités

La chaussée n’est pas trop mal, ça roule assez bien. Et surtout, très peu de circulation à cette heure-ci, j’ai croisé moins de 10 voitures sur les 19 km. Par contre, je me suis fait doubler par une 2 CV qui en a craché autant que moi dans cette pente, le conducteur hésitant entre la deuxième et la troisième, le moteur à l’agonie, je pensais la voir fumante un peu plus haut, mais apparemment elle l’a fait ! Tout comme moi, mais moi je devais vraiment fumer au carrefour du Collet, les cuisses à demi cassées, mais content.

Arrivé au Collet, il ne reste que 2 petits kilomètres quasiment plats pour rejoindre la Schlucht déjà surpeuplée à 10 heures du matin. C’est à peine si on peut trouver un endroit où souffler un peu entre les motards, les Porsche et les dizaines de randonneurs, je ne parle même pas des voitures. C’est pas mon truc ce genre d’endroit.

Descente sur Xonrupt-Longemer

Après avoir repris un peu de forces avec le reste d’une banane et quelques dattes, un petit check sur la carte et j’ai pris le chemin du retour. Même segment vers le Collet et ensuite direction Xonrupt-Longemer (720 m) pour une agréable descente. Décision de dernière minute de faire une pause photo à la Roche du Diable avant d’arriver au niveau du lac et de poursuivre vers Gérardmer.

La Roche du Diable
La Roche du Diable

Au rond point du saut des Cuves (690 m), il faut ressortir les cuisses pour la bosse du col de Martimpré (798 m) que je commence à pratiquer souvent même s’il n’est pas agréable du tout, beaucoup de circulation (c’est l’axe principal pour rejoindre la vallée de la Meurthe depuis Gérardmer) et une route de qualité moyenne, mais pas trop mauvaise il faut le préciser.

Passé les presque 800 m d’altitude du col, le retour au bercail n’est qu’une longue descente régulière vers Gerbépal et ensuite à gauche vers Corcieux.

Bilan de cette sortie

Je suis content de cette excursion, avec un temps magnifique, rentré avant 11h j’ai évité les hautes températures. Ma première ascension du col de la Schlucht restera un agréable souvenir et une fois n’est pas coutume, je suis assez content de moi pour un quarantenaire ayant repris le biclou il y a 3 mois seulement.

Profil du parcours
Profil du parcours

Arrivé à la maison, j’ai eu droit au super smoothie de Francesca dont elle seule a le secret ! Et une mangue bien fraiche, quel régal.

Après l'effort, le réconfort ! Mangue et super smoothie !
Après l’effort, le réconfort ! Mangue et super smoothie !

Vous avez déjà fait cet itinéraire, vous avez une remarque, une suggestion ou vous désirez simplement parlé vélo? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous ;] A bientôt !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *