Les pigments dans la peinture à l’aquarelle

Petit article explicatif sur la notion de pigments dans la peinture à l’aquarelle (ceci s’applique d’ailleurs à d’autres types de peintures).


Si comme moi vous êtes entré dans le monde de l’aquarelle comme un cheveux sur la soupe (comprendre sans avoir un background dans les Beaux Arts), une des premières choses qui peut surprendre est le nom des couleurs, sa variété, sa complexité. Souvent un nom très poétique : Ultramarine Blue, Burnt Umber ou plutôt compliqué : Quinacridone Red, Alizarin Crimson. Mais cela se complique encore plus lorsqu’avec un peu d’expérience et de pratique, vous vous rendez compte que le Sap Green d’une marque ne ressemble pas vraiment au Sap Green d’une autre marque.

Les pigments dans la peinture à l'aquarelle

En fait, le nom des couleurs n’est qu’un nom commercial et n’est pas une référence technique. Mais alors comment retrouver une couleur précise d’un fabricant à l’autre ? C’est – relativement – simple, il suffit de se fier au pigment(s) utilisé(s) pour l’élaboration d’un tube ou d’un godet de peinture, à chaque pigment correspond un code répertorié, le Color Index, et ce code est techniquement (devrais-je dire chimiquement ?) une référence.

Le code du pigment est toujours indiqué sur un tube, souvent écrit en très petit, il se compose de 3 parties :

  • La lettre P qui indique qu’il s’agit d’un pigment
  • 1 ou 2 autres lettres qui représente(nt) la couleur de base (en anglais) :
    • Y : jaune
    • R : rouge
    • B : bleu
    • O : orange
    • V : violet
    • G : vert
    • Br : brun
    • Bk : noir
    • W : blanc
  • 1 numéro qui identifie le pigment, il s’agit de la nomenclature pigmentaire

Par exemple, le Pyrrol Orange de Daniel Smith est un pigment PO 73. Chez Daniel Smith toujours, le Sap Green est un mélange de 3 pigments : PO 48, PY 150, PG 7. Ce deuxième exemple montre que plusieurs pigments ont été utilisés pour créer ce vert. Les puristes recommanderont toujours de privilégier les couleurs mono-pigment, celles-ci sont plus pures, avec le plus d’éclat, de luminosité, car plus on mélange de pigments, plus on ternit ou salit les couleurs.

Transparence / Opacité

En aquarelle, il y a la notion de transparence directement liée à celle d’opacité qui entre en jeu et qui est également indiquée sur les tubes. Une couleur transparente laissera apparaitre le papier ou l’autre couleur sous elle de façon plus marquée, alors qu’une peinture opaque sera moins transparente. Cela peut paraître logique, mais c’est à prendre en compte lors de la réalisation d’une œuvre et c’est un paramètre assez propre à l’aquarelle.

Pigments

Une couleur transparente est marquée d’un T, une couleur semi-transparente d’un ST, une couleur opaque sera indiquée O et semi-opaques SO. Ces informations sont données à titre indicatif par les fabricants, car bien entendu la notion de transparence/opacité est toujours relative. De plus, suivant la quantité de peinture et d’eau, le résultat apparaîtra plus ou moins transparent.

Pour résumer :

  • T : Transparente
  • ST : Semi-Transparente
  • O : Opaque
  • SO : Semi-Opaque

Résistance à la lumière

Un point très important est la permanence d’une couleur. Avec le temps et plus particulièrement l’exposition à l’air et à la lumière, les couleurs deviennent fades et disparaissent, mais en combien de temps et comment le savoir ? Cette information est disponible sur les peintures, il existe d’ailleurs plusieurs échelles comme la Blue Wool ou l’ASTM (American Society for Testing and Materials) qui peuvent être interprétées comme expliqué ci-dessous :

DescriptionÉchelles de mesuresExposition directeConditions normales d’exposition *
Échelle Blue WoolÉchelle ASTMÉtéHiver
Très peu résistante1Vmoins de 2 ans
Peu résistante2IV2–15 ans
34–8 jours2–4 semaines
Bonne résistance4III2–3 semaines2–3 mois15–50 ans
53–5 semaines4–5 mois
Très bonne résistance6II6–8 semaines5–6 mois50–100 ans
Excellente résistance7I3–4 mois7–9 moisPlus de 100 ans
8Plus de 1,5 ans

* Les conditions normales d’exposition supposent que la peinture soit loin d’une fenêtre, pas sous la lumière directe du soleil et encadrée sous un verre anti-UV.

On peut également trouver une nomenclature allant du AA au C, comme chez Winsor & Newton :

  • AA : Extrêmement permanente
  • A : Permanente
  • B : Modérément durable
  • C : Peu résistante à la lumière

Cette permanence d’une couleur de peinture se définit ainsi : résistance lorsqu’elle est appliquée au pinceau sur du papier ou sur une toile, traitée de façon adéquate, mise sous verre et exposée à la lumière naturelle dans l’atmosphère normale d’une pièce sèche.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − 6 =