Passage à l’hybride avec le petit Canon EOS M50

Table rase sur mon matériel photo pour m’équiper du nouvel appareil hybride Canon EOS M50 version kit avec l’objectif EF-M 15-45 mm f/3.5-6.3 IS STM.

Je l’ai évoqué dans un des derniers articles à propos de la chaume du Haut Gazon, mon passage à un appareil photo hybride change la donne dans ma pratique de la photographie outdoor.


J’ai pratiqué la photo depuis plus de 20 ans, lorsqu’un peu avant de partir à Djibouti pour mon service militaire, j’avais acquis un Canon EOS 500 (non, je n’ai pas oublié de D, on parle uniquement de photo argentique dans les années 90). Mais voilà quelques années que je me suis sérieusement lassé de la photographie. Le seul domaine où j’en gardais un certain intérêt était lors de balades et en randonnée, mais même là je laissais le 50D à la maison, marre de devoir prendre le lourd sac photo avec moi. Partir en rando signifie vivre un instant dans un environnement naturel, le plus libre possible, passer un moment de contemplation et de détente. Or, le soucis matos photo cassait cet état d’esprit, d’où mon refus de prendre tout matériel pour vivre l’instant sans contraintes trop importantes (je prenais d’éventuelles photos au smartphone pour garder une trace de la journée).

Du négatif vers le positif

Je dois l’avouer, comme beaucoup de vieux de la vieille, le concept d’appareil photo sans miroir – hybride – avec un viseur électronique (lorsqu’il existe), c’est-à-dire un mini écran, n’était pas du tout pour moi. Je ne m’y étais d’ailleurs jamais intéressé. Pourquoi compliquer les choses ? Un viseur classique permet de voir ce que l’objectif voit, directement, pourquoi remplacer ça par un écran ? Autant revenir au compact ou au bridge. Je ne vais pas partir dans une explication de ce que représente techniquement un appareil photo hybride, mais c’est en fait plutôt une simplification mécanique en quelque sorte, non l’inverse, et un des avantages indéniable qui en découle est le gain de place et de poids. Plus de système de miroir qui bascule devant le capteur signifie réduction de la taille du boitier.

Parcours sylvicole de Gérardmer le long de la Vologne
Parcours sylvicole de Gérardmer le long de la Vologne

N’est-ce pas exactement ce que j’aurais besoin pour faire renaître une flamme d’envie photographique en rando ? Petit encombrement, poids réduit, objectifs toujours interchangeables (même si mon parc d’objectifs EF ne me servira plus à rien), fonctions bien plus avancées que mon vieux reflex 50D. C’est l’appareil de voyage et de randonnée idéal en fait. En théorie oui. Car jusqu’à peu Canon (car je reste un Canoniste) restait encore très frileux dans le domaine, ne voulant pas phagocyter sa propre offre reflex (*).

Mais en ce début d’année 2018, la marque nippone nous sort le tant attendu Canon EOS M50, offre d’entrée de gamme, mais terriblement intéressante. Enfin du nouveau, enfin de l’innovation !

Kit Canon EOS M50 avec objectif EF-M 15-45 mm

Je n’avais aucunement prévu ça, mais suite aux articles enchanteurs de Jean-François Vibert sur la petite merveille de Canon comme il le dit, j’ai décidé de revendre tout mon matos à monture EF pour acquérir ce Canon EOS M50 en version kit avec le EF-M 15-45 mm f/3.5-6.3 IS STM.

Il existe bon nombre de tests en détail de ce petit boitier, pour ceux intéressés je vous laisse chercher en ligne. Mais pour moi voici les – gros – points forts de ce M50 :

  • Taille du boitier : 116,3 x 88,1 x 58,7 mm. C’est tout petit, mais l’ergonomie reste vraiment bonne. Le revêtement caoutchouté sur l’épaule droite est très agréable. Malgré cette taille réduite on n’appuie pas par erreur sur un bouton, le pouce venant agripper la partie prévue à cet effet (même avec de grandes mains comme les miennes). De plus, pour gagner encore en place, l’objectif EF-M 14-45 mm a cette subtilité d’avoir une position fermée qui réduit encore sa longueur.
  • L’Autofocus : bluffant. Ce qui m’a surpris n’étonnera certainement pas beaucoup de monde car je le rappelle, j’étais resté à un vieux coucou de 50D avec son AF 9 points, etc. Ici on a affaire à la dernière génération d’Autofocus CMOS Dual Pixel de Canon, de 99 à 153 collimateurs suivant l’objectif, collimateur en positionnement libre depuis l’écran tactile. Le suivi est plutôt précis d’après mes quelques premiers déclenchements.
  • L’écran tactile : tout peut se faire depuis l’écran, il réagit bien, précis. Super la mise au point sur l’écran. La présence de la rotule est également un gros plus, l’écran se place ainsi presque où vous voulez.
  • Le nouveau format RAW compressé de Canon, le CR3. Qui dit RAW dit toutes les infos. Qui dit compressé, dit perte de données. Cela ne se marie pas trop en principe, peut-être pour des geeks puristes, mais moi je l’utilise.
Parcours sylvicole de Gérardmer
Parcours sylvicole de Gérardmer

Ce que j’aime moins :

  • Le viseur électronique. Plutôt assez (très ?) contrasté. Je n’ai pas l’expérience des hybrides, donc je ne peux pas vraiment comparer, ni me faire une idée juste. Je compte travailler toujours au viseur plutôt qu’à l’écran et le plus gros défaut que je vois est le temps de détection de l’utilisation du viseur qui est long. En effet, le viseur n’est pas allumé en tout temps, il y a un petit détecteur de proximité et lorsqu’on approche l’œil de celui-ci, il s’allume. C’est cette bascule qui prend une bonne seconde entre le noir et la visualisation de la scène. Donc pour des prises de vue rapides et spontanées (sujets en mouvement, animalier, sport, etc), je pense que c’est trop lent il faudra se contenter de l’écran pour ne pas louper le moment.
  • Autonomie de la batterie : sujet plutôt commun aux hybrides, la batterie LP-E12 n’est que de 235 vues (chiffre officiel). On peut tenir plus je pense en économisant l’utilisation de l’écran par exemple, mais cela reste peu. J’ai d’ailleurs acquis d’autres batteries compatibles à moins de 20€ les 2 (7,4V – 820mAh).

Voilà en gros mon ressenti après seulement quelques jours d’utilisation du Canon EOS M50. J’espère maintenant que Canon va étoffer son offre d’objectifs EF-M et va continuer de faire évoluer cette gamme d’appareils hybrides, surtout après l’annonce de l’EOS R, qui de toute façon joue dans une autre cour.

Au moment de la rédaction de cet article, Canon propose le M50 boîtier nu à 549€, ou la version kit à 649€.

(*) Depuis mon achat, canon a annoncé le tout nouveau Canon EOS R.

Parcours sylvicole de Gérardmer
Parcours sylvicole de Gérardmer

Vous aimerez aussi

Oui, je vous assure ;)

Paysages fantomatiques sur les hautes chaumes du Gazon du Faing

Le chaume d’altitude gelée du Gazon du Faing

Promenade sur la haute chaume du Gazon du Faing pour goûter aux premières neiges automnales au milieu des tourbières, dans un décor de brume et de glace. Les premières neiges étant arrivées sur le massif des Vosges, nous avons décidés Francesca et moi d’aller faire un tour sur les crêtes pour goûter un peu de ce froid […]

Arbres morts sur le sol sablonneux du lac de Pierre-Percée

Balade automnale au lac de Pierre-Percée

Petit récit d’une balade automnale bien sympathique aux abords du lac de Pierre-Percée en Meurthe-et-Moselle. Ambiance particulière entre désert humide et atmosphère de fin du monde. Le lac du Vieux-Pré – autre nom du lac de Pierre-Percée – est un grand lac artificiel de 304 hectares et 28km de pourtour, ce qui en fait le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × quatre =