Comment je suis devenu accro au running

Petit billet 3615 TAVIE (les plus de 40 ans comprendront) aujourd’hui avec une réflexion ou plutôt une sorte de rétrospective du comment je suis devenu un tantinet accro à la course à pied. On lit souvent à propos du bien-être, voir de la joie qu’apporte la pratique du running, aux fameuses endorphines qui nous émoustillent dès que les jambes tournent. Je dois bien avouer que tout ceci est vrai, même si au départ lorsque l’on décide de courir, c’est loin d’être évident. Parfois très loin. Même pour moi je n’y croyais qu’à moitié (bon allez, pas du tout même).

Un passé oisif

Je n’étais pas vraiment destiné à me bouger dans une activité sportive pareille. Contrairement à beaucoup de coureurs à pied, je n’ai pas un passé de sportif (si ce n’est du VTT il y a une vingtaine d’années), j’ai même évité ce terme pendant très longtemps, paraphrasant assez fièrement Churchill d’un « No sport. » dès que le sujet tombait. Même le sport à la télé ne m’attirait pas.

No sport.
No sport.

La seule activité que je pratiquais était la randonnée, mais uniquement pour le côté nature, voir aventure (même si mes randos sur plusieurs jours se comptent sur les doigts d’une seule main).

J’ai bien fait quelques tentatives de course à pied ces 15 dernières années, principalement motivées par la perte de poids, mais cela ne durait jamais plus de quelques jours.

Qui a dit crise de la quarantaine ?

C’est à l’aube de mes quarante ans (je devrais plutôt dire au crépuscule de la trentaine) que le besoin de faire quelque chose s’est fait de plus en plus ressentir. Une envie de bouger, d’arrêter d’être passif, de remuer un peu la machine. Nous sommes nés pour courir, nos vies se sédentarisant de plus en plus au fil de l’évolution, nous avons perdu cette capacité naturelle de nous déplacer en courant, mais qui est propre à l’être humain. Ce reliquat d’homme préhistorique refaisait-il surface en moi ? Peut-être.

Courir ?
Courir ?

Ce qui a mis le feux à l’étincelle, je peux le dire sans hésitation, a été la lecture d’un livre d’un auteur que je respecte beaucoup et dont je recommande la lecture, il s’agit de Finding Ultra de Rich Roll, ultra-marathonien vegan qui s’est pris en main à ses 40 ans pour devenir un des meilleurs athlètes de la planète. En écrivant cet article j’ai d’ailleurs découvert que ce livre est maintenant disponible en français sous le titre L’ultra marathon pour la vie.

Continuer page 2 ▶



Vous avez aimé cet article ?
Abonnez-vous dès aujourd'hui pour recevoir les infos en avant-première, des bons plans, des conseils. Garanti sans spam !
Share

Pages : 1 2 3 4

10 thoughts on “Comment je suis devenu accro au running

  • Francesca

    (28 février 2017 - 23 h 20 min)

    You are the best mentor/trainer that a newbie runner could ever ask for 😊

    • fabien

      (3 avril 2017 - 13 h 03 min)

      I try at least… And you are getting good!

  • François (v)

    (3 avril 2017 - 12 h 00 min)

    Merci pour les articles qui ont contribués à ma remise au sport (course, vélo, natation) à (presque) 50 ans.
    As tu essayé d’autres services que Strava? Pourquoi as tu choisi celui-là et es tu passé à la version premium?

    • fabien

      (3 avril 2017 - 13 h 01 min)

      Bonjour François,
      Merci d’être passé sur feub.net, je suis content si j’ai au moins un petit peu contribué à te remettre au sport par mes articles ! Je m’y suis moi-même remis il y a un peu plus de 2 ans seulement, je suis donc toujours un débutant.
      Concernant les services de suivi d’activités, j’ai un peu utilisé Runtastic au début, et puis avec la communauté grandissante de Strava, j’y suis passé assez naturellement. Il parait plus austère que d’autres, plus « pro », mais il est tellement performant et bien fichu. Les segments sont plutôt sympas (certainement que les autres services en ont également désormais) pour évaluer ta progression sur certaines portions, ou pour te comparer à d’autres sur des segments populaires. Bien que je ne sois pas un fan du côté social, c’est quand même sympa aussi de suivre des athlètes élites/pro et être dégoutté, haha. J’utilise la version gratuite de Strava qui est bien assez suffisante pour mes besoins du moment.
      Au final le choix d’un service plutôt qu’un autre est une question de choix personnel, je te recommande d’en essayer plusieurs et de te faire ton idée. En ce qui me concerne, j’ai une montre cardio Garmin Forerunner 235 qui synchronise les activités sur le site Garmin Connect et celui-ci les publie automatiquement sur Strava, donc pas trop de manipulations à faire.
      Que pratiques-tu, course à pied, vélo ?

  • François (v)

    (3 avril 2017 - 13 h 43 min)

    J’ai remis aux pieds les chaussures de running mises de coté il y a 3 ans pour de problème de dos, j’ai retrouvé le chemin de la piscine municipale (1,25€ l’entrée avant 9h) et j’ai cassé ma tirelire pour un très beau vélo ce w-e. J’y vais tout doucement avec les yeux sur cardio fréquencemètre. J’utilise smartphone et smart watch. Smart watch qu’il faut aussi créditer pour ma remise à l’activité physique et ma perte de poids . Ça paraît con mais pour moi ça marche.

    • fabien

      (3 avril 2017 - 13 h 55 min)

      Excellent 🙂
      Tu as cassé la tirelire pour quel vélo ? Si tu ne l’as pas encore lu, j’ai écrit un court article sur comment bien débuter en vélo 4 conseils pour débuter le vélo dans les meilleures conditions. Ce sont vraiment des conseils basés sur mon expérience, qui ont fait, et font la différence pour y aller doucement et sans frustration.
      Lorsque tu parles de Smart Watch, c’est pour désigner une montre connectée ou c’est une application particulière ?

  • François (v)

    (3 avril 2017 - 14 h 07 min)

    Apple Watch et iPhone.
    Je vais relire l’article sur les débuts en vélo. Ce ne sont pas vraiment mes débuts sur deux roues, je n’ai plus de voiture depuis 3 ans et utilise le vélo (citybike) pour me déplacer en ville et aller au boulot (15KM) quand il fait beau.

    • fabien

      (3 avril 2017 - 14 h 10 min)

      Ok pour Smart Watch.
      Je vais découvrir les joies d’aller au boulot en vélo dès juin également après déménagement. Je ne suis qu’à 7 km de mon lieu de travail actuellement, mais j’ai un petit col à passer et pas possible d’arriver au bureau tout suant 🙂

  • François (v)

    (24 avril 2017 - 14 h 42 min)

    J’ai couru pendant 70 minutes hier en fin de journée sans regarder la cadence ou ne nombre de km parcourus, j’ai juste fait attention à garder les bpm sous les 140.
    Résultat, pur plaisir pendant la sortie et je me sentais presque frais en rentrant à la maison. J’avais juste une faim de loup 😉

    • fabien

      (24 avril 2017 - 14 h 46 min)

      Super François ! C’est la bonne méthode, celle qui paye. Il faut juste savoir être patient et ne pas brûler les étapes. Moi-même je dois me re-cadrer sinon j’en ferais trop.
      Merci d’être repassé écrire un petit mot 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *